20/02/2006

Projet pour la Tossée (Texte)

50 Têtes réfléchissantes et 10 photographies.J’ai voulu garder de cette visite passée un matin de décembre : quelques flocons, un ciel lourd et cet immense espace vidé. J’ai fixé des bribes de vie, l’état passager d’un chantier de nettoyage.J’ai souhaité prendre la peinture comme un miroir du monde, y inscrire le reflet fugace d’une mémoire esquissée qui unis dans l’instant le spectateur à l’espace du lieu.Puis j’ai rajouté des traces : photographies fixées, sans temps si ce n’est celui d’un oubli proche. Anonymes et banales, elles ponctuent l’accrochage de leur espace plat et mat. Il reste à se voir dans le décors, déformé, ténu, face à un dispositif qui renvoie à soi-même, sans anecdote, mais qui du même coup, par empathie, engage cette mémoire collective qui garde le bruit, le travail, l’odeur, le lieu, les gens.Cela pourrait se passer partout et pourtant, ici encore l’usine revit le temps d’un éclat.60 Formats 24 x30, collage, glycéro, tirages numériques. Accrochage variable

Écrit par Hervé Crespel | Commentaires (0) | | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.