06/06/2006

Exposition du 22 juin au 10 septembre

Issues de publicités, d’archives, d’œuvres peintes, morcelées, reproduites, les images que j’utilise dans ma peinture concentrent le regard sur un niveau anonyme. Ce parti pris fragmentaire, oblige à une vision active, un effort d’attention et de déchiffrage auquel nos regards contemporains, saturés d’images, ne sont plus tout à fait habitués. Certaines formes changent sous l’influence d’autres formes auxquelles elles sont associées pour déterminer des créations conformes à une mémoire collective. L’image peinte s’interpose à la prolifération des images. Dans sa nature, le fragment est énigmatique parce qu’il place le spectateur face à un vide auquel il ne peut répondre que par sa propre interprétation. À vouloir trop chercher l’image, à vouloir la faire exister plus que la peinture ne le souhaite, elle finit par disparaître dans un brouillard de traces. En peinture, le moment seul importe où il faut retenir l’accord révélateur.

Écrit par Hervé Crespel | Commentaires (0) | | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.